DETAILS DE L'OUVRAGE DE LA COLLECTION


Catégorie: Inde - Hindouisme - Art - Religions

Référence librairie: 7045
Titre: Correspondances orientalistes entre Paris et Saint-Pétersbourg (1887-1935) Edité par BONGARD-LEVIN G.M, Edité par LARDINOIS R., TOME XXVI - Edité par VIGASIN A.


Auteur: coll. Collectif


Editeur: Edité par BONGARD-LEVIN G.M, Edité par LARDINOIS R., Edité par VIGASIN A. Edité par ACADEMIE DES INSCRIPTIONS ET BELLES-LETTRES (2002)
Date d'édition: 2002
Date de dépôt des droits d'auteur: 0
Informations sur l'édition: TOME XXVI
Reliure: broche
Illustrations:
ISBN: ISBN 10 : 2877541290 ISBN 13 : 9782877541299
Disponible : Oui. Conditions et Prix du catalogue par retour, merci.🔗



Images:
Désolé, aucune image disponible pour cet ouvrage.




Descriptif de l'ouvrage :

Correspondances orientalistes entre Paris et Saint-Pétersbourg (1887-1935) - TOME XXVI
Edité par BONGARD-LEVIN G.M, Edité par LARDINOIS R., Edité par VIGASIN A.
Edité par ACADEMIE DES INSCRIPTIONS ET BELLES-LETTRES (2002)
ISBN 10 : 2877541290 ISBN 13 : 9782877541299
des relations scientifiques établies par les sanskritistes français avec leurs collègues russes depuis la fin du xixe siècle. Pendant près de cinquante ans, de la fin des années 1880 au milieu des années 1930, les figures majeures de l'indianisme français, au premier rang desquels Sylvain Lévi, professeur de langue et littérature sanskrites au Collège de France de 1894 à 1935, mais aussi Alfred Foucher, Émile Senart et Paul Pelliot, ont entretenu des échanges scientifiques réguliers avec leurs homologues russes, notamment Sergej F. Ol'denburg, secrétaire perpétuel de l'Académie des sciences de Russie de 1904 à 1929, auquel se sont joints Fedor I. Scerbatskoj, Vasilij M. Alekseev, Vasilij V. Radlov et Friedrich A. Rozenberg. Ce sont les intérêts partagés par les orientalistes français et russes pour les langues, l'archéologie et l'histoire de l'Asie centrale, en particulier le Turkestan chinois, qui soutinrent ces échanges entre Paris et Saint-Pétersbourg. Trois univers de savoirs circonscrivent ces intérêts : d'une part, la connaissance des langues et des littératures indo-européennes rares (comme le tokharien), d'autre part, celle des langues et des littératures turco-mongoles (comme le ouïgour) et, enfin, l'étude du bouddhisme et l'histoire de sa diffusion en Extrême-Orient. Mais cette correspondance éclaire aussi, au-delà de la Russie, les réseaux internationaux des études orientalistes occidentales. En outre, les préoccupations sociales, politiques ou les engagements plus personnels des correspondants n'en sont pas totalement exclus. L'affaire Boulanger, dans les années 1880, le traumatisme de la Première Guerre mondiale, la Révolution bolchevique de 1917, les débuts des relations scientifiques entre la nouvelle Union soviétique et la France, tous ces sujets dessinent l'arrière plan sur lequel se développent ces échanges. Cette correspondance nous livre ainsi un témoignage inédit sur les milieux savants voués à l'étude de l'Inde et de l'Extrême-Orient dans la première moitié du xxe siècle. 1150g