logo

Le Clan Spinoza Amsterdam, 1677. L'invention de la liberté

Disponible
Réf 7746
28 € Frais de port en mode suivi OFFERTS vers la France Métropolitaine
Le Clan Spinoza : http://www.leclanspinoza.com/
*
Maxime Rovere
Le Clan Spinoza Amsterdam, 1677. L'invention de la liberté

Le Clan Spinoza mobilise toutes les ressources du roman pour faire renaître le monde dans lequel a vécu Bento de Spinoza, entre Amsterdam et La Haye, dans cette Europe du XVIIe siècle qui a vu l’avènement de la Raison Moderne.
Il célèbre les aventures de ceux qui partirent à la conquête de la liberté, hommes et femmes oubliés par l’Histoire et pourtant hauts en couleur. Parmi eux, Saül Levi Morteira, grand rabbin de la communauté juive d’Amsterdam ; Adriaen Koerbagh, encyclopédiste en avance d’un siècle sur son temps ; Franciscus Van den Enden, activiste farouchement opposé à Louis XIV ; Sténon, anatomiste de génie...
Suivant les destins capricieux des familles, des amours, des amitiés et des idées, ce livre foisonnant, original, palpitant, dessine la figure inédite d’un Spinoza « en réseau ». Grâce à lui, l’éclat de la philosophie, au lieu de nous aveugler d’admiration pour l’un de ses plus grands auteurs, nous aide à mieux comprendre ce qu’est le monde – le sien, le nôtre – et même ce que signifie… comprendre.
Hors collection - Philosophie
Paru le 27/09/2017
Genre : Littérature française
562 pages - 166 x 241 mm Broché EAN : 9782081330726 ISBN : 9782081330726
*
Le Clan Spinoza mobilise toutes les ressources du roman pour faire renaître le monde dans lequel a vécu Bento de Spinoza, entre Amsterdam et La Haye, dans cette Europe du xviie siècle qui a vu l’avènement de la Raison Moderne. Il célèbre les aventures de ceux qui partirent à la conquête de la liberté, hommes et femmes oubliés par l’Histoire et pourtant hauts en couleurs. Parmi eux, Saül Levi Morteira, grand rabbin de la communauté juive d’Amsterdam ; Adriaen Koerbagh, encyclopédiste en avance d’un siècle sur son temps ; Franciscus Van den Enden, activiste farouchement opposé à Louis XIV ; Sténon, anatomiste de génie… Suivant les destins capricieux des familles, des amours, des amitiés et des idées, ce livre foisonnant, original, palpitant, dessine la figure inédite d’un Spinoza « en réseau ». Grâce à lui, l’éclat de la philosophie, au lieu de nous aveugler d’admiration pour l’un de ses plus grands auteurs, nous aide à mieux comprendre ce qu’est le monde – le sien, le nôtre – et même ce que signifie… comprendre.
*
Maxime Rovere
Ancien élève de l’École normale supérieure (1996-2002), où il a suivi le séminaire de Bernard Pautrat, et ancien élève d’histoire de l’art à l’École du Louvre, il a soutenu sa thèse en philosophie sous la direction de Pierre-François Moreau, et enseigné la philosophie à l’École normale supérieure de Lyon (2002 – 2007).

Il est actuellement professeur à l’Université PUC de Rio de Janeiro.

Travaux sur Spinoza
Son premier livre consacré à Spinoza publié en 2010 chez CNRS Éditions sous le titre Exister. Méthodes de Spinoza, repris en 2013 par le même éditeur au format de poche sous le titre Spinoza. Méthodes pour exister, vise principalement à montrer que l’œuvre de Spinoza ne propose pas un « système philosophique » mais des « méthodes » ponctuelles destinées à modifier des situations concrètes.

Il soutient notamment que :

– La théorie des trois genres de connaissance (expérience, raison, intuition) chez Spinoza ne décrit pas types d’idées, mais des méthodes de vérification.

– Il n’y a pas de différence entre le « salut des ignorants » (expression popularisée par Alexandre Matheron) et le salut des philosophes : chacun doit mettre en place pour lui-même un système de croyances dont il détermine le degré de rationalité en fonction de ses besoins.

– Ce que Spinoza appelle « idée de Dieu » n’est pas un contenu de penser, mais une manière de comprendre.

– Le « salut » proposé par Spinoza ne consiste pas tant à échapper aux passions (logique de la béatitude), aux contraintes (logique de la liberté) ou à la mort (logique du salut), qu’à s’approprier indéfiniment les obstacles comme exercice d’une puissance singulière et infinie.

Sa traduction en français de la Correspondance de Spinoza, accompagnée d’une longue préface, complète et corrige celle proposée par Charles Appuhn en 1924.
*
Amsterdam, 1677. L'invention de la liberté
Bonjour,

Nous sommes actuellement absents.

Les commandes avec règlements automatiques sont suspendues.

Nous répondrons néanmoins, dès que possible et avec plaisir à vos messages.

Cordialement,

L.A.N