DETAILS DE L'OUVRAGE DE LA COLLECTION


Catégorie: Littérature (autour de ) Céline Louis-Ferdinand

Référence librairie: 5215
Titre: CONTES D'UN VIEUX SAVANT GRAFFIGNY HENRY DE MAISON QUANTIN 1888 Louis Ferdinand Céline Auguste Antoine Marquis Roger-Marin Courtial des Pereires


Auteur: HENRY DE GRAFFIGNY


Editeur: MAISON QUANTIN
Date d'édition: 1888
Date de dépôt des droits d'auteur: 0
Informations sur l'édition:
Reliure: Editeur
Illustrations:
ISBN:
Disponible : Oui. Merci de nous contacter.



Images:


























Descriptif de l'ouvrage :

CONTES D'UN VIEUX SAVANT
GRAFFIGNY HENRY DE
MAISON QUANTIN 1888
*
*
Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : Navigation, rechercherEcrivain polygraphe français, Raoul Henri Clément Auguste Antoine Marquis, dit Henry de Graffigny, est né à Graffigny-Chemin le 28 septembre 1863, et mort à Septeuil le 3 juillet 1934 (selon François Gibault, l'un des biographes de Céline ; d'autres auteurs donnent 1942 comme année de mort). Il est le modèle de Roger-Marin Courtial des Pereires dans Mort à crédit de Louis-Ferdinand Céline.

Archétype du savant touche-à-tout exubérant, scientifique farfelu aux connaissances très vastes mais pas forcément très profondes, Raoul Marquis est avant tout un immense vulgarisateur : il est l'auteur de plus de deux cent livres, la plupart sous le pseudonyme d'Henry de Graffigny (jouant de son authentique patronyme, il usurpe un temps le titre de marquis de Graffigny). Parmi ses nombreuses spécialités : la chimie organique (il est l'auteur d'une thèse en 1904), ainsi que les ascensions en dirigeable (l'un de ses premiers titres étant Traité d'aérostation théorique et pratique, 1891). Son œuvre foisonnante s'étend du roman d'aventure (les rocambolesques Aventures extraordinaires d'un savant russe, publiées de 1888 à 1896, font de lui l'un des pionniers français de la science-fiction), des comédies et pièces de Guignol, aux traités scientifiques et techniques (aviation, astronomie, radiologie...) en passant par des guides de mécanique et autres manuels d'expériences électriques amusantes... jusqu'à un surprenant Tout ce qu'il faut pour se mettre en ménage. Cet éclectisme alimentera le côté bouffon du personnage qu'il devient, immortalisé dans Mort à crédit.

Louis-Ferdinand Céline fait sa connaissance en septembre 1916, alors que Raoul Marquis est secrétaire de rédaction de la revue scientifique Euréka. Dans cette revue (rebaptisée Génitron dans Mort à crédit), Céline est factotum (garçon de course, correcteur...) et publie pour la première fois : la traduction d'un article anglais. Embauchés ensemble par la mission Rockefeller, Céline et Raoul Marquis parcourent la Bretagne en 1918 pour une campagne de prévention de la tuberculose, puis se perdent de vue.

A la fin des années 20, Marquis sera brièvement chargé de cours à la Faculté des sciences de Paris, puis se retire à Septeuil où il se consacre (comme Courtial des Pereires !) à des expérimentations d'agriculture intensive par l'électricité.


Citation [modifier]
« Il magnifiait, écrasait, imprévisiblement d'ailleurs, par la parole, la plume, le manifeste, la confidence. Il avait un jour, entre autres, c'était à Toulon vers 1891, provoqué un début d'émeute par une série de causeries sur "l'orientation tellurique et la mémoire des hirondelles"... Il excellait, c'est un fait, dans le résumé, l'article, la conférence, en prose, en vers et quelquefois, pour intriguer, en calembours... "Tout pour l'instruction des familles et l'éducation des masses", telle était la grande devise de toutes ses activités. (...) Il aurait fait par conviction passer toute la foudre entière dans le petit trou d'une aiguille, l'aurait fait jouer sur un briquet, le tonnerre dans un mirliton. Telle était sa destinée, son entraînement, sa cadence, de mettre l'univers en bouteille, de l'enfermer par un bouchon et puis tout raconter aux foules... Pourquoi ! et comment !... Moi-même j'étais effrayé, plus tard, vivant avec lui, de ce que j'arrivais à saisir dans une journée de vingt-quatre heures... rien que par bribes et allusions... Pour Courtial rien n'était obscur, d'un côté il y avait la matière toujours fainéante et barbaresque et de l'autre il y avait l'esprit pour comprendre entre les lignes... » (Louis-Ferdinand Céline, Mort à crédit, in Romans I, Bibliothèque de la Pléiade, pages 836-837).


Œuvres [modifier]
Irons-nous dans la lune ?, préface de l'abbé Th. Moreux, illustré de gravures explicatives dessinées par l'auteur, Éditions Spes, 1932
Traité théorique et pratique de navigation aérienne : construction et calcul des ballons sphériques et dirigeables et des avions, cellules et moteurs, Eyrolles, 1928
La Science à la maison : les conditions nouvelles de construction et d'architecture, hygiène des locaux habités, ventilation, dépoussiérage, assainissement, procédés perfectionnés de chauffage et d'éclairage, le rôle des distributions d'électricité dans la vie sociale moderne, le chauffage électrique, le nouvel outillage ménager, machines à laver et à nettoyer en tous genres, la science à la cuisine et au cabinet de toilette, les petits serviteurs de la maison, la sécurité et le confort dans l'habitation moderne, etc., Desforges, Girardot et Cie, 1927
Voyage de cinq Américains dans les planètes, roman astronomique, Gedalge, 1926

Bibliographie [modifier]
Œuvres de Graffigny sur le projet Gutenberg
L’année Céline 1993, éditions du Lérot, 1994, pp. 175-186.
Ce document provient de « http://fr.wikipedia.org/wiki/Henry_de_Graffigny ».